L’inspecteur Jaylall Boojhawon est catégorique. Le ministère de la Sécurité sociale doit prendre ses responsabilités concernant le constat à effectuer au domicile des sinistrés lorsqu’il y a inondation. Il était face à la presse, ce jeudi 25 avril, au centre social Marie Reine de la Paix à Port-Louis.

Les procédures concernant l’obtention d’une compensation relèvent de la Sécurité sociale, rappelle le président de la Police Officers Solidarity Union. «Le formulaire est rempli par la police mais c’est aux officiers de la Sécurité sociale de signer», souligne-t-il. Les forces de l’ordre peuvent accompagner les fonctionnaires lors des visites des lieux, mais pas s’y rendre seuls.

Il déplore, par ailleurs, le manque d’équipement et de véhicules destinés aux hommes en bleu.

Boojhawon est aussi revenu sur le transfert de deux policiers du poste de Plaine-Verte. Il rappelle que les policiers avaient reçu l’ordre d’enlever des banderoles et affiches illégales et antigouvernementaux. Or, il y a eu une «prise de bec» entre ses deux policiers et des agents politiques du régime en place, explique-t-il. La POSU envisage une demande de révision judiciaire dans cette affaire.

L’inspecteur Boojhawon a également affirmé que le poste de police de Plaine-Magnien a été contacté à 23 heures, mercredi, afin qu’il se rende au Central Criminal Investigation Department le lendemain, soit le jour de sa conférence de presse, à 9 heures. C’est un «acte d’intimidation», estime-t-il.