Des élections au bilan macabre. En Indonésie, 272 fonctionnaires électoraux sont morts. La majorité d’entre eux ont succombé à des maladies liées à l’épuisement causé par les longues heures à compter manuellement les bulletins de vote. D’autres fonctionnaires électoraux, au nombre de 1 878, sont tombés malades, a affirmé le porte-parole de la Commission des élections générales.

Les scrutins remontent au 17 avril. Ce jour-là, la population de 260 millions de personnes devait choisir à la fois son président mais aussi ses représentants parlementaires au niveau régional et national. Des suffrages différents mais organisés le même jour pour réduire les coûts, rapporte Reuters dans son édition électronique de ce dimanche 28 avril.

Environ 80% des 193 millions d’électeurs enregistrés se sont déplacés dans 800 000 bureaux de vote à travers le pays.

Les familles des fonctionnaires décédées seront compensées, a déclaré l’officiel. Le ministère de la santé a aussi émis une circulaire, le 23 avril, exhortant les services de santé à prendre le plus grand soin du personnel électoral.

Les résultats des élections seront annoncés dans moins d’un mois, soit le 22 mai.

Photo (picture-alliance/AP Photo/T. Syaflana via www.dw.com) : Une électrice indonésienne faisant son devoir le 17 avril dernier.